Lanuvio

Entourée par luxuriants vignobles, l'héritière de l'ancienne Lanuvium se dresse sur les pentes sud des Colli Albani et elle conserve un riche patrimoine archéologique

lanuvio

Lanuvio a origines antérieures à celles de Rome. L'actuel centre habité surgit sur l'ancienne ville de Lanuvium, mais les nouvelles concernant ses origines apparaissent discordantes. Les premières données fiables la introduisent parmi les trente populi de la Ligue Latine.
En 338 avant J.-C., après la dernière défaite de la Ligue contre Rome, elle perdit son indépendance mais Rome accordè le traitement de faveur et aussi la Civitas cum suffragium en échange d'une partie des revenus de son important Sanctuaire de Junon Sospite dont aujourd'hui on visite les restes sur l'acropole de la ville.
Elle a connu des périodes de grande splendeur, elle fut choisie comme résidence par grands personnages de l'époque comme Marco Emilio Lepido, Marco Giunio Bruto, Auguste e Marc Aurèle, et elle fut le village de naissance du Consul Lucio Licinio Murena et des Empereur Antonino Pio et Commodo.
En 391 l'édit de Théodose a établit la victoire définitive du Christianisme et l'obligation, pour tous les citoyens de l'Empire Romain, de professer la foi chrétienne; ça a marqué le début de la fin pour Lanuvio. La ville fut en fait obligée a fermer tous les temples païens, y compris le Sanctuaire de Junon Sospite, grand attracteur et source de revenus pour la petite ville.
Pendant la période médiévale, en 1216, Pape Onorio III Savelli la donna aux moines de la Basilique de Saint Laurent Hors les Murs (Basilica di San Lorenzo Fuori le Mura); en suite, elle devint propriété des Savelli jusqu'au 1410 quant elle fut donnée aux Colonna. En 1564 elle fut achetée, avec Ardea et Genzano, par Giuliano Cesarini, marquis de Civitanova Marche. Sous sa Maison et en suite sous les Cesarini-Sforza, la ville a passé une période de calme et splendeur. Elle fut adoucie grâce au génie de Carlo Fontana, de l'école de Bernini, et à Tommaso Mattei, élève du Borromini, et même par le peintre Giulio Romano, élève de Raffaello Sanzio. Pendant la deuxième guerre mondiale, elle subit des bombardements par mer et par air qui la détruisirent presque complètement.
Le patrimoine archéologique local est aujourd'hui intéressant et bien conservé, constitué - outre que par les restes du Temple – par des pièces archéologiques gardées dans le Musée Civique de Lanuvio.
L'offre touristique de Lanuvio est complétée par un riche calendrier de fêtes populaires et religieuses, parmi les quelles se distingue l'intéressante et l'originale Festa della Rosa (Fête de la Rose).